LE DR BERNHEIM ET LA RAFLE DE BAGNAC. LES CEREMONIES DU 8 MAI.

 

LE DR BERNHEIM ET LA RAFLE DE BAGNAC. LES CEREMONIES DU 8 MAI.

L’histoire, si elle n’est pas consignée, disparait vite. Le nom du “Docteur Bernheim” était cité dans les récits Bagnacois sans que rien ne fût développé. Arrivé avec son épouse de la région Parisienne qu’il fuit à cause de sa condition de Juif en 41/42, et après être brièvement passé par Figeac (naissance de son premier enfant), le Docteur Lucien Bernheim s’installe à Bagnac et officie en tant que Médecin jusqu’à ce qu’un confrère ne signale son activité. Sous le régime de Vichy, les ressortissants juifs n’avaient pas le droit d’exercer un métier!. Le 23 Mars 1943 il est condamné par le tribunal correctionnel de Figeac à 300frs d’amende et à ne plus exercer son art. Il fait appel de la décision et est autorisé à agir en tant qu’aide du Dr Flipo de Maurs. Cet accord est un camouflage de la pratique de la médecine et en février 44 l’Ordre des Médecins ordonne une enquête qui le suspend de toute activité; il se fera plus discret.

Le jour de la rafle du 12 Mai 1944, le médecin se trouve à Maurs où il est fait prisonnier et même sévèrement “traité” à cause de son “étoile”. Déporté au camp de Neuengamme il sera rapatrié en Mai 1945 et reprendra l’exercice de la médecine à Colombes jusqu’à son décès en 1989. Son nom figure parfois sur la liste des raflés de Bagnac, parfois sur celle de Maurs. La commémoration de cette triste et funeste journée a eu  lieu le Mardi 8 Mai sur le Foirail à 11h30 en mémoire de la rafle du 12 Mai 44 et à 11h45 au Monument aux Morts pour célébrer l’armistice du 8 Mai 1945, un vin d’honneur  a été servi ensuite à la Mairie.