L’ÉLAGAGE DE PRINTEMPS.

L’énorme scie montée sur bras et vérins hydrauliques siffle d’un bruit strident à six mètres de haut et sous la dextérité du conducteur de l’engin, débite ce qui gêne à l’aplomb de la chaussée. Derrière, on tronçonne, trie les plus grosses bûches que l’on laisse dans le fossé à l’attention des propriétaires riverains. On empile et enlève, grâce à un tracteur équipé, les branchages résiduels. Tout ce travail de nettoyage sur les voies communales du Fromental, de Caffoulens, de Labaldinie, de Lafage, de Lamarque et Couterbouze pour favoriser le passage des engins agricoles mais aussi pour que la chaussée, trop longtemps à l’ombre et se moussant, puisse devenir plus sèche et donc plus résistante. Les employés municipaux aidés des plus alertes des élus ont participé à cette opération de rajeunissement sous le soleil, la grisaille, la pluie et même la neige, de ce 23 Mars.